Lieux-dits

Session 1

SOMMAIRE

 

 

 

- Introduction                                                                                                

 

- Recherches                                                                                                  

 

          . Périmètre                                                                                         

          . Inventaire des toponymes                                                            

          . Localisation des toponymes                                                        

          . Identification des toponymes                                                      

          . Évoquer                                                                                           

          . Figurer                                                                                             

 

- Prises de vues                                                                                             

 

- Traitement                                                                                                  

           

           . Le format carré                                                                               

           . Le noir et blanc                                                                              

           . L’association texte et image                                                        

 

 

- Commentaires 

- - - - - - - - - - -

 

 

Introduction

 

J’habite sur une colline au nord-est de la commune de Cluny qui s’appelle « Les Cras ». Cette dénomination, actée sur le cadastre a peu de chance d’évoluer dans le temps alors qu’aujourd’hui, elle évoque quelque chose de totalement différent de ce que cela pouvait être à l’origine.

 

On peut imaginer, à l’époque où cette colline n’était pas habitée, que cette toponymie faisait référence à sa géologie : le calcaire. Elle évoque pour les habitants quelque chose qui est directement lié à leurs usages, l’agriculture et l’élevage. Longtemps elle a été couverte de vigne.

 

Elle est aujourd’hui « mitée » par un habitat dispersé construit entre les années 70 et 2000. C’est un quartier résidentiel recherché pour son orientation plein sud donnant des vues exceptionnelles sur Cluny et la vallée de la Grosne. Ce quartier est connu des Clunisois comme le quartier des bourgeois, celui des médecins, dentistes, cadres supérieurs, …

 

Aujourd’hui, son évocation géologique n’a plus de sens, elle a été remplacée par une évocation sociale et le toponyme ne rends plus compte de ce nouvel usage. Certes la colline n’a pas changé de géologie, ça reste une colline calcaire mais dans l’esprit des habitant c’est avant tout « la colline des Bourgeois ».

 

Imaginons que la toponymie d’origine ne soit pas actée sur des cartes mais relève uniquement de l’oralité. On verrait certainement le toponyme « les Cras » glisser peu à peu vers « Les Gras » (il reste à vérifier si ce terme n’a pas déjà été utilisé sous forme de plaisanterie au comptoir du café du Commerce…).

 

La question que je me pose est celle de la nécessité de la préservation des toponymes comme patrimoines immatériel. En les figeant dans une époque, dans un usage, ne risque-t-on pas de tuer ce qui en fait l’originalité : la manière qu’à chaque époque de prendre possession des lieux à sa façon… ?

Je procède toujours en quatre temps :

 

    Un temps de recherche documentaire pour enrichir mon expérience.

    Cette phase est souvent associée à des prises de contacts avec les différents intervenants à même        de me renseigner ou de me guider.

 

    Un temps de prises de vue sur place, qui peut s’étaler sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois.        Elle est menée comme une collecte de données avec mise en place de protocoles.

 

    Un temps de traitement des données avec mise en perspective des éléments collectés. C’est le            moment où une forme émerge du magma de données. Quelque chose que l’analyse des données        fait apparaitre.

 

    Un temps d’élaboration d’une mise en récit avec restitution sous la forme d’une projections-débat.

 

Les termes employés (recherche documentaire, collecte de données, mise en place de protocoles, traitement et analyse des données) laissent penser à une démarche scientifique, mais il est uniquement question de simuler une démarche scientifique pour questionner ce rapport à la connaissance qu'entretien la photographie.

Cette session est centrée sur la toponymie. La « mise en récit » et la « photo-élicitation » viendront plus tard

- - - - - - - - - - -

Recherches 

 

Mon premier travail consiste à définir un périmètre d’intervention et à inventorier la toponymie en présence.

 

    Périmètre

 

Pour des raisons de logistique je me concentre sur la commune d’Anost, d’autant que certains              toponymes m’interpellent (l’Ile d’Elbe, le Pistolet, le Maquis Socrate..) tandis que d’autres ne me            sont pas inconnus (la Ruée de l’Enfer – voir la série « paradis et enfers » )

                                                                                    

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

    - - - 

 

    Inventaire des toponymes

 

L’inventaire des toponymes s’avère beaucoup plus complexe que prévu.

Faut-il se limiter aux noms de lieux portés sur les cartes topographiques ? Quelles cartes ?

Les différentes cartes IGN ne portent pas les mêmes indications ; les cartes collaboratives (Openstreet, …) et les outils de géolocalisation en portent d’autres…

 

Les cartes ont figé les usages et les pratiques d’une époque, la vie a continuée : certains noms ne sont plus utilisés, d’autres le sont uniquement dans le cadre de certaines pratiques (randonnées, exploitation forestière,) d’autre noms sont nouveaux (les Chalets, le Pont Sauron, l’Orme de Brévoigne…)

Faut-il se limiter au Dictionnaire Topographique de Saône et Loire ? Certains noms de lieux attribués au territoire d’Anost n’existent sur aucune carte, ni sur aucuns autres documents écrits, ils sont donc impossibles à localiser (Bas de Bruyères, Colonge, Mazoyers, …), d’autres encore manquent à l’appel.

 

Il n’est pas question d’exhaustivité mais de fixer les règles du jeu et de s’y tenir.

Les toponymes retenus le seront qu’à condition d’exister sous la forme d’une trace écrite : cartes topographiques, cartes touristiques, document signalétique, articles de presse, extraits de décision du Conseil municipal, affiches, adresses clairement identifiées, …

Au hasard des rencontres avec les habitants d’Anost d’autres noms de lieux ont été mentionnés ; ils ont été pris en compte dans la mesure où ils respectaient la règle ci-dessus.

 

L’étape suivante consiste à localiser les toponymes et à définir le territoire auxquels ils sont rattachés. La tâche s’avère encore plus délicate.

           

- - - 

 

    Localisation des toponymes 

 

Mes quelques recherches sur les conventions en matière de représentation de la toponymie n’ont pas été très concluantes. Impossible par exemple de trouver une légende concernant les différentes typographiques utilisées pour écrire la toponymie sur les cartes IGN. La typographie utilisée semble pourtant varier en fonction de la typologie des lieux désignés.

Une autre difficulté vient du fait que le nom d’un lieu est parfois écrit à droite du lieu désigné, parfois à gauche, parfois au milieu : comment savoir de quel territoire il est question ?

Dans le cas des villages et des hameaux, j’ai considéré que le nom portait sur le groupe d’habitats désigné, mais impossible d'être plus précis. Où commence et où se termine « Bussy » ? Est-ce que « Les Roys » en fait partie ?

Pour les toponymes associés à des espaces non clairement délimités, c’est encore plus complexe. Quel est le territoire associé au nom utilisé ? Quelles sont les limites ?

La position du nom varie selon le type de carte mais également selon l’échelle utilisée.

Dans ce cas j’ai fait des choix arbitraires qui tenaient compte des éléments en ma possession, et de mon ressenti sur place.

 - - - 

 

   Commentaires

 

Ces premières recherches m’ont permis de créer une carte des toponymes ; celle-ci reprend tous les éléments collectés et les représente selon leur position géographique.

 

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Cet indéterminé du toponyme m’attire depuis plusieurs années déjà ; j’avais connaissance des difficultés d’identification rencontrées par les toponymistes, mais je ne pensais pas rencontrer autant de difficultés pour inventorier et pour localiser.

- - - 

 

     Identification des toponymes

 

 

    « J’aimerais [écrit Georges Perec], qu’il existe des lieux stables, immobiles, intangibles, intouchés et         presque intouchables, immuables, enracinés ; des lieux qui seraient des références, des points de         départ, des sources… De tels lieux n’existent pas, et c’est parce qu’ils n’existent pas que l’espace         devient question, cesse d’être une évidence, cesse d’être approprié. L’espace est un doute : il me         faut sans cesse le marquer, le désigner ».

 

La microtoponymie nous parait plus simple à aborder que la toponymie.

Le lien à une réalité référentielle y semble souvent présent. Du fait de sa proximité, l’association d’un nom à une chose désignée nous paraît plus facilement appréhendable que dans la toponymie.

Il peut également paraître plus aisé de faire le chemin inverse et, à partir du nom, en déduire les la chose, l’activité ou le fait social qu’il exprime.

Ce n’est pas si simple, en tout cas pour le toponymiste soucieux de précision.

Dans le cas de la toponymie à l’échelle régionale, le sens véhiculé a fait l’objet de recherches, les origines du nom prennent racines dans un passé lointain et dont les racines linguistiques sont plus souvent connues. Les textes anciens et les documents d’époque font déjà référence à ces noms et à leur contenu sémantique.

Ceci ne veut pas dire que c’est facile, qu’il n’y a pas de travail important à réaliser ; tout ceci illustre seulement à qu' il y a de la matière à explorer et à exploiter.

L’approche étymologique de la microtoponymie est plus délicate, moins pertinente : nous avons à faire à des noms construits avec des matériaux issues du particulier, du local. Ils sont la traduction d’une langue orale locale, certes encore parlée par quelques habitants, mais peu étudiée. On peut penser que les autochtones ont encore la connaissance de ces liens entre le mot et la chose désignée, que les dialectes portent toujours en eux cette connaissance mais les usages ont changé.

Les évidences sont souvent trompeuses. Déduire, qu’un nom désigne une chose du seul fait que le nom à encore un sens attribué à une chose est risqué, et cet à priori peut conduire à d’énormes confusions : un nom de lieu peut faire référence à un nom propre qui lui-même fait référence à un autre nom de lieu. La microtoponymie est souvent récente à l’échelle des toponymes.

Il y a les noms que la mémoire collective ne sait plus reconnaître : ceux qui sont utilisés comme une forme d’abstraction déconnectée de son référent et ceux qui dont le sens a glissé vers d’autres référents.

Il y a les noms dont le lien est encore vécu comme présent, mais qui en réalité sont mal interprétés ; ceux dont on pense connaître le sens.

La microtoponymie, bien plus que la toponymie a fait l’objet d’une réécriture et d’une relecture au fil des époques et des usages. Lorsqu’elle s’est figée dans des textes et des documents c’est avec le sens qui en était donné à ce moment-là.

Il reste possible de travailler à une meilleure connaissance des noms de lieux d’une commune mais la part d’inconnu rend cette recherche encore plus délicate.

Les linguistes nous dirons de quel nom il s’agit, l’historien de quelle période il est question, mais la microtoponymie est affaire d’humain en relation avec son territoire, et cette relation nous échappera à jamais. Le sens profond pour un autochtone, n’est pas celui des origines linguistique ou historique, mais le sens spontané : celui qu’il vit dans le quotidien de sa relation au lieu.

 

Pour lui, la question du référent se pose rarement : soit il a produit un récit qui donne sens à cette relation, soit il identifie le toponyme comme un nom propre attribué une fois pour toutes à ce lieu.

 

- - -

 

    Commentaires 

 

Penser le toponyme, c’est d’emblée chercher à établir un jeu de correspondances entre le nom et son référent, ici le lieu auquel il est associé.

 

Avant d’être confronté à ces difficultés, j’imaginais de « tenter un jeu de correspondances entre le nom et l’image sous une forme plus ou moins directe, plus ou moins suggérée ou poétique. »

 

Cela s’avère impossible.

 

L’absence d’un travail de recherche universitaire sur les toponymes d’Anost me conduit à recentrer mon projet, sortir du registre de l’illustration pour aborder une correspondance particulière entre toponymie et photographie : le pouvoir d’évocation.

La Bic, la rivière qui coule à Anost, coule dans son lit, un lit qui est fait de rives.

Lorsque nous parlons de la Bic, nous l’envisageons non seulement comme de l’eau qui coule mais également dans son environnement. Pour nous la Bic n’est pas que de l’eau ; même si elle est à sec, ça reste la Bic.

Il n’y a pas dans notre esprit la rivière et son environnement, les deux coexistent mutuellement et il suffit de prononcer son nom pour qu’une image survienne.

 

Le toponyme, même s’il est clairement identifié, ici la rivière, excède son référent : il est du registre de l’évocation d’un environnement et non d’une chose précise.

 

- - - 

 

    Évoquer

 

A ce stade, il convient de clarifier ce que j’entends par « évocation » et en quoi toponymie et photographie sont affiliés à ce terme.

 

Évoquer signifie « rappeler à la mémoire » ; « faire apparaître à l'esprit », souvent par analogie ; « aborder » ; et « faire apparaître par la magie ». Ce verbe est issu du verbe latin evocare, qui signifiait « appeler à soi, attirer ».

L’évocation a donc à voir avec la reconnaissance.

 

Au commencement était le Verbe…

 

En tant que membre d’une communauté qui partage des noms de lieux ; nous reconnaissons dans le toponyme le lieu dont il est question.

 

Cette image que nous nous faisons du lieu nommé peut-être précise lorsqu’il s’agit d’un lieu que nous connaissons : Le cimetière, la Mairie, … Elle peut être beaucoup plus abstraite lorsque ce sont des lieux où nous ne sommes jamais allés : Le Tibet, Le pôle Nord, …

 

Mais dans tous les cas nous l’imaginons : nous nous en faisons une image.

Au commencement était l’image…

 

Dans le cas de la photographie, nous faisons le chemin inverse.

Le sens de l’image se définit souvent par sa valeur référentielle : le réel qu’elle est censée représenter.

En présence d’une photographie nous entrons rapidement dans un processus de reconnaissance : quel sont les éléments identifiables qui composent cette image ? De quoi est-il question ?

Nous cherchons à identifier ce que nous voyons, à lui donner un sens, un nom.

 

Toponymie et photographie jouent du même registre d’évocation, celui qui nous fait passer d’une représentation à son référent et réciproquement.

 

 - - - 

    Figurer

 

Lors des différentes étapes décrites ci-dessus, des idées de projets ont éclos. Certaines idées s’inscrivent en continuité des travaux déjà réalisés, d’autres font ruptures, d’autres encore ne sont que des ébauches ; des potentialités.

 

L’idée de travailler sur la capacité d’évocation de la toponymie et de la photographie est apparue au cours de cette phase de recherche.

C’est elle que je vais tenter d’explorer plus avant dans cette période de résidence.

 

Mais comment mettre en forme cette relation d’évocation, comment la figurer ?

- - - - - - - - - - -

Prises de vues

 

Une fois déterminé le périmètre et localisés les différents toponymes il ne reste plus qu’à passer à l’étape suivante : la collecte de données sur le terrain.

 

    - Chaque lieu désigné par un toponyme fera l’objet d’une campagne de prises de vues.

    - Les prises de vues seront systématiques.
    - Elles seront constituées de vues éloignées, de vues rapprochées et de détails.

    - Elles seront réalisées sous plusieurs angles de vue.

 

Il ne sera pas tenu compte des conditions météorologiques.

 

Les prises de vues seront réalisées de la manière la plus neutre et la plus objective possible, sans effets.

Elles devront constituer une « carte d’identité » du lieu.

 

L’objectif est de rendre compte du lieu dans toutes ses dimensions, toutes ses particularités.

 

Localisation des prises de vues en cours.

Cliquez sur la carte pour y accéder

Localisation des prises de vues.png

 

- - - - - - - - - - -

 

 

Traitement

 

La phase de traitement des images (des données) constitue l’acmé d’un processus qui va voir naitre des formes de représentation susceptibles de rendre compte de ce qui se passe dans la relation d’évocation.

Ce qui se passe, mais également ce qui passe ; l’idée est de clarifier le processus en jeu dans l'évocation mais également la nature de ce qui est évoqué.

 

Pour ce faire plusieurs choix de traitement s’imposent.

 

- - - 

    Le format carré

 

Ce n’est pas un format natif, à l’exception du mythique Rolleiflex 6x6 et du Polaroid il existe peu d’appareils photo au format carré.

L’usage du numérique a banalisé les formats rectangulaires.

Il faut donc « recadrer » pour obtenir un format carré. Cette action n’est pas neutre : elle oblige le photographe à construire son image à postériori, en post-production. Cette action volontaire s’éloigne encore plus du mythe de la photographie comme miroir d’un état du monde.

Le format carré agit comme un scalpel, il isole une partie de l’image.

 

Il est le plus apte à traduire la posture de l’homme debout, face à un réel encadré, délimité, mis en forme pour en permettre une appréhension désaffectée.

Il y a peu ou pas de place pour le hors champ. Il laisse moins de place au narratif.

C’est un format qui permet d’atténuer la puissance de l’horizontalité du paysage, de réduire ses effets de perspectives. Il introduit de la verticalité, de la hauteur, une certaine mise à distance intellectuelle.

Il vient compléter le travail d’abstraction, de schématisation réalisée lors des prises de vue en moyennes et longues focales.

 

- - - 

    Le noir et blanc 

 

Le noir et blanc procède des mêmes effets qui rapprochent l’image d’une abstraction, d’un dessin, d’une représentation.

Il sera question ici de réduire les contrastes, de « tuer » les hautes et les basses lumières ; d’atténuer les effets dramatiques, pour ne garder que « l’essence » des choses.

Une sorte de radiographie du lieu.

- - - 

    L’association photographie et texte

 

Le jeu de correspondance entre le nom de lieu, et l’image qui lui est associé ne peut s’exercer qu’en les associant de manière équitable, sur un même support et sans hiérarchie de lecture.

Ils seront donc tous les deux présents à l’image, dans les mêmes tonalités de gris et avec une disposition qui ne laisse aucune ambiguïté sur la relation qui les unit.

La police de caractère utilisée pour le texte sera proche de celle utilisée sur les cartes IGN (Arial Narrow) dans une taille qui lui donne autant d’importance que l’image.

 

Le choix des images n’est pas encore définitif et la campagne de prises de vues doit continuer.

 

Cliquez sur le bouton pour accéder aux images

- - - 

    Commentaire

 

Cette première session de résidence a permis de clarifier ce qu’il m’est possible d’attendre d’un travail de mise en relation de la photographie avec la toponymie. Les difficultés rencontrées ont tracé les limites de l’exercice : établir une correspondance plus ou moins directe entre un nom de lieu et une photographie est impossible dans l’état actuelle des connaissances toponymiques de la commune d’Anost. À la réflexion ce n’est pas non plus souhaitable, ce serai un travail d’illustration qui enferme le spectateur dans une interprétation.

 

Il me semble donc préférable d’orienter ce projet vers une approche plus distanciée : mettre en relation le nom de lieu avec une (ou des) photographies prises sur place, sans orienter le regard. Laisser le spectateur faire le lien, et par ce biais le reconnecter au paysage qui l’environne.

 

La prochaine session permettra de compléter les prises de vues et de commencer une réflexion sur la nécessité, ou non, d’une mise en récit.

© 2015 jean-philippe Astolfi - created with Wix.com