• Facebook Basic Black

© 2015 jean-philippe Astolfi - created with Wix.com

Note d'intention
"Réalité orientée"

Proposition en réponse à un appel à candidature pour une résidence artistique organisé par le Laboratoire des arts numériques, électroniques et médiatiques situé au Vigan dans les Cévennes.

thème imposé - Croisement entre arts et nouvelles technologies

http://www.oudeis.fr/candidatures-residence-2017/

 

 

« Les images sont des actes et non pas seulement des objets décoratifs ou des fantasmes. Oui, des actes... 

Fabriquer une image, ce n’est pas illustrer une idée ou capter une réalité : 

mais bien agir sur la réalité et construire une idée."

Georges Didi-Huberman, 

Propos sur l’exposition “Soulèvements”, 

Présentée au Jeu de Paume (Paris) octobre 2016 

 

 

Révélations : 

En révélant tout un panorama de choses non directement perceptibles par les sens, la réalité augmentée permet de rendre visible des dimensions du réel habituellement dissimulées. 

Notre perception, rehaussée d’informations nous donne accès à un monde hybride dans lequel le choix de l’information sélectionnée conditionne une certaine vision du monde.

Réalité augmentée qui n’est autre qu’une réalité orientée.

 

Les questionnements concernant notre rapport au réel, la perception que nous en avons, mais également la manière que nous avons de l’évacuer font parties intégrantes de ma démarche artistique. Derrière une approche qualifiée de « photographie documentaire », se profile une réflexion sur ce réel particulier qu’est celui de l’image photographique. 

Regarder une photographie c’est déjà être devant une réalité augmentée, c’est déjà confondre le réel et ses représentations possibles. 

La photographie, comme réalité augmentée, donne à voir ce qui bien souvent nous échappe, soit faute d’un temps suffisant pour capter ce qui a lieu, soit par les contraintes que nous impose un point de vue physique, soit encore parce que nos regards n’ont pas la focalisation nécessaire pour prêter attention à ce qui nous entoure. 

J’ai depuis longtemps quitté le champ de l’image photographique incarnée pour celui de la dématérialisation, c’est jusqu’à présent sous cet angle, celui de la mise en question auprès des publics de la nature du réel photographique, que j'ai pratiqué cette activité et je perçois aujourd’hui les limites de cette recherche.

J’envisage donc cette résidence comme un moment de réflexion et d’analyse dans mon parcours. 

Le projet : 

 

Il y sera question d’esquisser une orientation intégrant dans l’image des informations habituellement inaccessibles au sens. 

Cette réalité augmentée que je projette, n’échappe pas au totalitaire du photographique : son point de vue. Mais l’orientation que je propose de lui donner se voudra le contrepied des tendances commerciales et aliénantes que les majors company du monde technologique véhiculent dans les couches informationnelles qui nous sont données en surimpression. C’est du réel, dans ce qu’il a de plus concret pour les habitants du Vigan et de ses environs, que je souhaite surajouter au réel photographique. Réel directement issu des données statistiques disponibles dans les serveurs du big data. Réalité augmentée de ce qu’est la réalité chiffrée d’une France périphérique, de sa sociologie, de ses frustrations et de ses espoirs. 

Je n’ai pas la compétence technique nécessaire pour mener à bien un projet graphique qui doit rivaliser visuellement avec ce que produit l’internet commercial, je compte donc utiliser le budget de la bourse de résidence pour rémunérer le professionnel du graphisme qui aura à charge de transformer les données issues du big data en informations directement accessibles sur l’image. 

Je souhaite non seulement profiter de cette résidence pour engager une nouvelle recherche, mais aussi, pour faire de Vigan le sujet d’un travail qui exploitera les visions issues de ce travail.

Toutes les conditions ici me semblent réunies.